untitled place

.

13 juin 2006

1.

Monsieur Anglade,

    Vous êtes vous déjà demandé comment on pourrait vous joindre où que vous soyez ? Je m'adresse à vous de façon interrogative directe car j'ai une réponse, déclarative et indirecte, on dit qu'il faut y aller par quatre chemins. Mais il y en aura beaucoup plus pour vous joindre. J'ai une idée, comme en a des dizaines, des centaines, des kyrielles, qui vous traversent en un éclair, si vous ne l'attrapez pas vous la perdez, il ne restera que l'écume toute floue. Cette idée je l'ai saisie, parce qu'elle me plaisait. Un tas de sensations qui se déverse quand tu y réfléchis. On ouvre le barrage, tu es là, toi, sur le lac, les pieds englués, et le flot de sensations, il te pénètre comme ça, d'un coup, et tu restes, tu souris, c'est beau tout ça tu te dis, et après tu ne veux pas sécher, alors tu mâchonnes l'Idée toute la journée, il ne faut pas que je l'oublie, non pas elle, et tu cherches comment la faire sortir cette idée, parce qu'elle est encore coincée dans le plis de ton col, ou même sous tes cils, entre des doigts. Et si je vous écris, c'est parce que c'est vous qui allez faire sortir cette idée, Monsieur l'ingénieur. On m'a parlé de vous, j'ai découpé des articles dans des magazines, et vous êtes l'homme de l'idée. Je vous apporterais toutes les précisions ultérieurement, mais il faut que je cherche un peu les monceaux de l'idée.
J'espère avoir retenu votre attention, Monsieur Anglade, je vous prie de ne pas donner suite à ce courrier dans l'immédiat Il en serait d'ailleurs difficile, je ne vous laisse pas mes coordonnées.
    Cordialement,

PS : Je vous prie de m'excuser de n'avoir affranchi cette lettre, vous entrainant ainsi des frais pour la décacheter. Je vous dédommagerai dès que possible.



edit : il ne se passe rien. une sorte de prologue / j'ai changé l'avant dernière phrase qui ne voulait rien dire.



Posté par lae_ à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire