untitled place

.

10 juin 2006

piece

A chaque fois que vais au cnsm, je ne peux m'empêcher de sourire. Ce lieu est beau. L'atrium, avec ces rosiers, ces arches, les chuchotements, la salle varèse, tu frissonnes, à cause de la clim ou de la pianiste en face de toi ? il y a aussi ce jardin en hauteur, avec des bancs en pierre, une vue sur les immeubles ocres de lyon, des personnes âgées qui bouquinent, et puis cette musique. Comme un calendrier de l'avent, derrière chaque fenêtre une surprise ; en haut à droite, mélodie de clarinette, tout en bas, musique de chambre, de l'autre côté, mezzo-soprano. Et d'autres instruments non identifiés. Assise sur un de ces bancs de pierre, j'écoute. Je me surprends à rêver de vivre ici, au milieu de cette musique. Alors me revient cette pensée "trop vieille - pas assez douée " et cette espèce de discrimination ne me révolte même pas. Cet univers n'est pas/plus pour moi. Je n'ai même pas tenté de voir E.D*, comme les autres années. Tourner le dos.
Lyon en vélo, j'aime. J'ai compris le sentiment de liberté qui t'envahit quand tu enfourches une bicyclette. Le vent contre ton visage, des enseignes à observer - clinique des machines à coudre - , des sourires à donner, aller plus vite que les voitures... filer / mon vélo trop sec avait un bruit assourdissant de mobylette, comme quoi /
Je suis revenue de cette journée avec un goût doux-amer, et des sucreries, coussins de lyon et macarons.
Et j'ai entendu une version géniale des Images de Debussy. A écouter dans l'obscurité.

* il faudra que j'écrive ça un jour. mettre au clair/un point final.


ps : je retrouve plaisir à jouer du piano. yeh.

Posté par lae_ à 00:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire